Ce sacré piano
Charles Aznavour

Ce sacré pianoPlacé dans un coinVoudrait libérerSa voix qui débordeMais reste accrochéeAu long de ses cordesEt son vieux clavierQu'aucun doigt n'abordeEspère des mainsCe sacré pianoQui semble endormiPour l'éternitéEntre quatre planchesAimerait que sesTouches noires et blanchesFussent caresséesMais nul ne se pencheSur son corps vieilliMoi de temps en tempsQuand j'ai de la peineJe vais doucementConsoler la sienneEt tout deux rêvantDe nos joies anciennesNous pleurons nos jours anciensCe sacré pianoMe colle à la peauMais plus mes doigts courentMoins je me délivreDe ce vieil amourQui perd l'équilibreEt compte les joursQui me restent à vivreSans reposCe sacré pianoest mon seul amiIl sait m'étourdirSans trop de manièresEt m'aide à franchirToutes les barrièresGrâce aux souvenirsPlacés sur la terreJalonnant la vieCe sacré pianoAttend jour et nuitDebout dans un coinQue je le caresseComme un pauvre chienTirant sur sa laissePour d'autres amoursEt lorsque je metsLes doigts sur ses touchesSur lui dés que j'aiLes mains qui se couchentLe passé renaîtDu fond de sa boucheÉvoquant nos jours anciensCe sacré pianoQuand il parle tropMe remet souventDes choses en mémoireEt remue le tempsEt fait des histoiresParfois tant et tantQue je me sépareDe mon vieux piano