La Complainte de Gaud
Charles Aznavour

Au bout de ses jambes s'il a deux pieds
C'est qu'il est fait pour bourlinguer
Pour tenir bon malgré les grains
Pour s'accrocher, pour aller loin
Au bout de ses bras s'il y a deux mains
C'est qu'il en a souvent besoin
Pour frapper fort, pour frapper bien
Ou pour lever un verre de vin
Mais pendant
Ce temps

La mer griffe le rivage
Et sur son visage
Meurt l'embrun
ses yeux se brouillent
Son regard patrouille
Quand son âme fouille
Sans remord
La vague change
son humeur étrange
Apporte un mélange
De pain que tu manges
Et de mort

Au bout de son corps perche une tête
Rusée, têtue, violente, honnête
Aux idées saines, aux idées nettes
Pleine de sang froid dans la tempête
Mais dans tout ça domine un coeur
Car l'homme entier est qu'un rêveur
Qui vit seul avec ses amours
A l'horizon de son retour
Et pendant
Ce temps

La mer griffe le rivage
Et sur son visage
Meurt l'embrun
ses yeux se brouillent
Son regard patrouille
Quand son âme fouille
Sans remord
La vague change
son humeur étrange
Apporte un mélange
De pain que tu manges
Et de mort