Le Feutre Taupé
Charles Aznavour

Il portait un feutre taupé
Il parlait par onomatopées
Il buvait des cafés frappés
Avec des pailles
Il étais très dégingandé
Il fumait des camels parfumées
Il marchais à pas combinés
Boulevard Raspail

Il suivait des inconnues
Chaque soir le long des rues
Pour leur dire l'air ingénu
Doubi, doubi, doubi, douba

Il portait un feutre taupé
Il parlait par onomatopées
Il buvait des cafés frappés
Avec des pailles

Il était très imprudent
Car il risquait de se faire écraser tout le temps
Il fuyait en s'excusant
Tandis que les gens disaient en s'éloignant

Il portait un feutre taupé
Il parlait par onomatopées
Il buvait des cafés frappés
Avec des pailles
Il étais très dégingandé
Il fumait des camels parfumées
Il marchais à pas combinés
Boulevard Raspail

Il suivait une inconnue
Lui parlait d'un air ému
En voici ce que j'ai retenu
Doubi, doubi, doubi, douba

Elle était très intéressée
Se laissa très très vite inviter
A prendre un bon café frappé
Avec des pailles

Elle lui plaisait fortement
Quand elle parlait il n'osait plus faire un mouvement
Elle riait de son étonnement
Mais se laissa courtiser car justement...

Elle aimait son feutre taupé
Son parlé par onomatopées
Et aussi les cafés frappés
Avec, avec des pailles

Elle était blonde platine
Elle était fortement parfumée
Et prenait un air détaché
Un air canaille

Quand il lui disait chérie
Vous êtes la femme de ma vie
Ajoutant ces mots gentils
Doubi, doubi, doubi, douba

Plus tard ils se sont mariés
Cela fit un ménage de cinglés
Qui se balade à pas combinés
Boulevard Raspail

Il faut les voir dans un café
Sue le comptoir buvant frappés
Des cafés, des cafés frappés
Avec des pailles