Trenetement
Charles Aznavour

Ma page est viergeJe suis devantIl me faut écrire un romanEt je gambergeMe tiens le frontEn cherchant une inspirationSi dans une heureJ'ai pu noircir quelques feuilletsMon éditeurPourra me consentir un prêtQue ma conciergeGuette déjàCar mon loyerN'est pas payéDepuis six moisJe me concentreMais rien ne vientEt je suis mangé par la faimCar dans mon ventreAu désespoirIl n'y a pas même un café noirJ'ai beau chercherComment faire un repas gratuitDans le quartierJe n'obtiens plus aucun créditEt quand je rentreChez eux parfoisLes commerçantsSont menaçantsDès qu'ils me voientMuse ma reineMa tendre amieMon doux c?ur et mon pur espritMets-moi en veineJe suis à courtJe t'en prie, viens à mon secoursDonne-moi doncTrois personnages et un décorQui connaîtrontLa vie, l'amour et puis la mortQue ça devienne un best-sellerQui m'offre un jourEt le GoncourtEt l'habit vertMon c?ur bat viteÇa y est, je croisMon roman s'écrit malgré moiQuand je cogiteMa plume courtJ'en oublie tout ce qui m'entoureJe suis génialJ'ai fini l'?uvre en une nuitLe point finalEst au bas de mon manuscritJe solliciteMon éditeurQui m'éconduitAvec méprisAh! Quel malheurDès lors je sombreDans la folieEt je dis adieu à la vieDans la pénombreSans oraisonJe me fais un trou dans le frontJe vois d'en hautLes gens s'arracher mes bouquinsSouvent il fautMourir pour devenir quelqu'unMais comme une ombreSouvent la nuitJe reviendraiJe le prometsEt sans répitJe ferai peurAux éditeursToutes les nuitsJe ferai peurAux éditeursToutes les nuits