Chanter les voix
Dalida

Agenouillée au pied du litDans une chemise de drapsJuste au-dessous d'un crucifixDans une chemise de drapsPetite fille encore hierQuand tout pleurait autour de moiJe m'endormais dans mes prièresEt j'entendais chanter des voixC'était des voix très ordinairesElle avaient même un peu l'accentL'accent des chansons de ma mèreC'était des voix d'enfantsMais des enfants bien ordinairesQui chantaient leurs chagrins d'enfantSur des violons bien ordinairec'était des voix d'enfantJe ne mens plus dans mes prièreJe ne fais plus le signe de croixMais comme si c'était hierJ'entends toujours chanter mes voixCe sont des voix très ordinairesElle ont gardé un peu l'accentL'accent des chansons de ma mèreCe sont des voix d'enfantsMais des enfants bien ordinairesQui chantaient leurs chagrins d'enfantSur des violons bien ordinairece sont des voix d'enfantA l'heure où les amours trépassentQuand l'avenir est derrière soiC'est tout un régiment qui passeDe chagrin et de feu de joieC'était des voix très ordinairesElle avaient même un peu l'accentL'accent des chansons de ma mèreC'était des voix d'enfantsMais des enfants bien ordinairesQui chantaient leurs chagrins d'enfantSur des violons imaginairesc'était des voix d'enfant