La féria
Dalida

Le dernier jour de la fériaLes places se vendent au marché noir sur la piazzaDe Barcelone jusqu'à SevilleIls sont là de tous les pays de toutes les villesEt déjà sur les gradins la foule joue le destin du matadorDans la chapelle de San-Ramon Pablo MiguelAllume un cierge à la madoneIl lui demande protège-moiCar cette fois c'est ma dernière corridaPour l'amour de Maria et les yeux de MariaIl a jurer que jamais plus il ne combattraitPour l'amour de MariaPour la main de Maria qui faisait le signe de croixIl abandonne la gloire les bravos les victoiresEt tous ceux qui criaientOlé... Olé... Olé... OléOh oh oh ... La fériaOh oh oh ... La fériaLe dernier jour de la fériaLa vie se joue au marché noir sur la piazzaLe c?ur tranquille le regard fierPablo Miguel s'avance tout droit vers la lumièreEt le public sur son passageOvationne le courage du matadorSoudain le silence est tombéQuand dans l'arène c'est la minute de véritéSuperbe dans son habit d'orC'est le triomphe sur la mort une fois encorePour l'amour de Maria et les yeux de MariaIl a jurer que jamais plus il ne combattraitPour l'amour de MariaPour la main de Maria qui faisait le signe de croixIl abandonne la gloire les bravos les victoiresEt tous ceux qui criaientOlé... Olé... Olé... OléOh oh oh ... La fériaOh oh oh ... La féria{Instrumental}Pour l'amour de Maria et les yeux de MariaIl a jurer que jamais plus il ne combattraitPour l'amour de MariaPour la main de Maria qui faisait le signe de croixIl abandonne la gloire les bravos les victoiresEt tous ceux qui criaientOlé... Olé... Olé... OléPour l'amour de Mariaet les yeux de MariaPour l'amour de MariaQui faisait le signe de croixPour l'amour de MariaOh oh oh la féria.