La Mama
Dalida

Ils sont venus, ils sont tous là dès qu'ils ont entendus ce criElle va mourir, La MamaIls sont venus, ils sont tous là, même ceux du sud del'Italiey a même Giorgio le fils maudit, avec des présents pleinsles brasTous les enfants jouent en silence, autour du lit sur le carreauMais leurs jeux n'ont pas d'importances, c'est un peu leurdernier cadeauxA la Mama.On la réchauffe de baisers, on lui remonte ses oreillersElle va mourir la MamaSainte Marie pleine de glace, dont la statue est sur la placeBien sur, vous lui tendez les bras en lui chantant Ave MariaAve MariaYa tant d'amours, de souvenirs, autour de toi toi la MamaYa tant de larmes et de sourires, à travers toi toi la MamaEt tous les hommes ont eu si chaud, sur les chemins de grandsoleilElle va mourir la MamaIl boivent frais le vin nouveau, le bon vin de la bonne treilleTandis que s'entassent pèle mêle, sur les bancs foulards etchapeauxC'est drôle on ne sens pas triste, près du grand lit del'affectionY a même un oncle guitariste qui joue en faisant attentionA la MamaEt les femmes se souvenant, des chansons tristes des veilléesElle va mourir la MamaTout doucement les yeux fermés, chante comme on berce un enfantAprès une bonne journée, pour qu'il sourit en s'endormantAve MariaYa tant d'amours, de souvenirs, autour de toi toi la MamaYa tant de larmes et de sourires, à travers toi toi la MamaQue jamais, jamais, jamais...Tu nous quitteras.