Le fermier
Dalida

Il quitte la ferme quand rougit l'auroreUn manteau de laine dans les mains de l'orL'or c'est une fourche qui charge le foinC'est aussi la bouche qui chante le grainPuis l'homme le chasse hors de son jardinIl faut bien que passeLes hommes et le trainsAh, ah, ah...Il quitte la ferme en laissant les clefsSon manteau de laine il n'est plus fermierIl quitte la vigne en chantant le vinIl croit que la ville lui prendra la mainMais l'homme des villesN'a pas de jardinLà-bas ce qui brilleN'est pas l'or du grainAh, ah, ah...