Le petit bonheur
Dalida

C'est un petit bonheurQue j'avais ramasséIl était tout en pleursSur le bord d'un fosséQuand il m'a vu passerIl s'est mis à crierMadame, ramassez-moi chez vous, amenez-moiMes frères m'ont oublié je suis tombé, je suis maladeSi vous n'me cueillez point je vais mourir quelle balladeJe me ferai petit, tendre et soumis je vous le jureMadame, je vous en prie délivrez-moi de ma tortureJ'ai pris le p'tit bonheurL'ai mis sous mes haillonsJ'ai dit faut pas qu'il meurtViens donc dans ma maisonAlors le p'tit bonheurA fait sa guérisonSur le bord de mon c?urY avait une chansonMes jours, mes nuits, mes peines , mes veilles, mon mal, tout futoubliéMa vie de dés?uvrée j'avais dégoût d'la recommencerQuand il pleuvait dehors ou qu'mes amis amis m'faisaient despeinesJ'prenais mon p'ti bonheur et j'lui disais c'est toi que j'aimeMon bonheur a fleuriIl a fait des bourgeonsC'était le paradisÇa s'voyait sur mon frontOr un matin joliQue je sifflais ce refrainMon bonheur est partiSans me donner la mainJ'eu beau le supplier, le cajoler, lui faire des scènesLui montrer le grand trou qu'il me faisait au fond du c?urIl s'en allait toujours la tête haute, sans joie sanshaineComme s'il ne pouvait plus voir le soleil dans ma demeureJ'ai bien pensé mourirDe chagrin et d'ennuiJ'avais cessé de rireC'était toujours la nuitIl me restait l'oubliIl me restait l'méprisEnfin que j'me suis ditIl me reste la vieJ'ai repris mon bâton, mes deuils, mes peines et mesbagagesEt je bats la semelle dans des pays de malheureuxAujourd'hui quand je pars à l'aventure et en voyageJe fais un grand détour ou bien je me ferme les yeuxJe fais un grand détour ou bien je me ferme les yeux