Le torrent
Dalida

Comme un torrent qui vient tout droit de la montagneEt qui s'enfuit en bondissant parmi les champsDécouvrant dans la campagne toutes les fleurs du printempsMon c?ur tout neuf est descendu parmi la villeGonflé d'amour et de bonheur à partagerMais mon âme est moins tranquilleDepuis que j'ai tout quittésLà haut tout est lumièreEn bas tout est chimèreMais le torrent oubli bien vite sa montagneEt comme lui suivant mon destin je descendsEt de colline en campagneJ'ai perdu mon c?ur d'enfantMes yeux tout neufs t'ont rencontré parmi la villeEt sans savoir ils t'ont donné leur libertéLa rivière s'en va tranquilleMais moi j'ai voulu resterPourtant souvent je penseAu ciel de mon enfanceCe soir tu vois je me retrouve la vie douceVivre avec toi dans la clarté de mes vingt ansEt remonte vers la source d'où jaillisse les printempsDans le silenceDes sapins blancTu connaîtras près du torrentMon c?ur d'enfant.