Nous sommes tous morts à vingt ans
Dalida

Nous sommes tous morts à vingt ansEn effeuillant la fleur de l'âgePendu à l'arbre du printempsDans le plus beau des paysagesLa terre tourne pour les enfantsCeux qui grandissent tant pis pour euxIl vont grossir le régimentDes fonctionnaires de l'ennuyeuxAvec des jours qui se ressemblesDes habitudes et des grimacesEt des migraines des mains qui tremblentDe ride en ride de glace en glaceNous sommes tous morts à vingt ansEn effeuillant la fleur maladeD'un idéale agonisantAu printemps d'une barricadeMoi qui déteste tant la guerreIl m'arrive parfois d'envierL'enfant mort pour un coin de terreSans avoir le temps de crierSans voir la tristesse sourireSans écouter l'oiseau mentirVingt ans c'est pour apprendre à vivreLe reste pour apprendre à mourirNous sommes tous morts à vingt ansEn effeuillant la fleur du rêveDans une gare ou sur un bancOu le premier amour s'achèvePourquoi prolonger sa jeunessePourquoi jouer à être encoreL'amour est mort et la tendresseC'est suicidé de corps en corpsNous sommes tous des revenantsD'un certain sexe d'un certain âgeAvec des mots pour sentimentsAvec des masques pour visagesNous sommes tous morts à vingt ansEn effeuillant la fleur de l'âgePendu à l'arbre du printempsDans le plus beau des paysagesLa la la la la la la laLa la li la la la la la laLa la li la la la la la...Nous sommes tous morts à vingt ans.