Chant Olympique
Mireille Mathieu

Bien avant nous, il y eut le vent
Pour s'élancer tout droit devant
Dans l'ivresse des matins blancs
Dès le premier soleil levant

Tout est si pur, tout est si beau si grand
À la mesure de nos rêves d'enfants
On caresse l'espoir obsédant
De dépasser un jour le vent

Et voilà, c'est notre monde
Qui se joue en quelques secondes
Et c'est bien de se dire alors
Ce n'est pas vrai que pour le sport
C'est vrai pour le soir et l'aurore
Pour la vie la naissance et le sort

C'est un murmure, un frisson, un élan
C'est l'aventure venue du fond des temps
Qui nous laisse croire un seul instant
Que l'univers est notre enfant

Bien après nous il y aura le vent
Pour s'élancer tout droit devant
Dans l'ivresse des matins blancs
Jusqu'au dernier soleil couchant
Jusqu'au dernier soleil couchant