Le Noël de La Rue
Mireille Mathieu

Petit bonhomme, où t'en vas-tu,
Courant ainsi sur tes pieds nus?
Je cours après le paradis,
Car c'est Noël à ce qu'on dit.

Le Noël de la rue,
C'est la neige et le vent
Et le vent de la rue
Fait pleurer les enfants;
La lumière et la joie
Sont derrière les vitrines:
Ni pour toi, ni pour moi,
C'est pour notre voisine.

Mon petit, amuse-toi bien
En regardant, en regardant,
Mais surtout ne touche à rien
En regardant de loin.

Le Noël de la rue,
C'est le froid de l'hiver
Dans les yeux grands ouverts
Des enfants de la rue.

Volant aux butors leurs museaux
Tous les petits font le gros dos;
Ils sont blottis comme des Jésus
Que Sainte Marie aurait perdus.

Le Noël de la rue,
C'est la neige et le vent
Et le vent de la rue
Fait pleurer les enfants;
Ils s'en vont reniflant,
Ils s'en vont les mains vides,
Nés bohèmes et cherchant
Une étoile splendide.

Mon petit, si tu la vois
Tout en marchant, tout en marchant,
Offres-y tes petits doigts,
Tout en marchant bien droit.

Le Noël de la rue,
C'est au ciel de leurs vies
Une étoile endormie
Qui n'est pas descendue.