MOLIÈRE
Mireille Mathieu

Le fils du tapissier s'appelle Jean-Baptiste
Et il a décidé de devenir artiste
Au lieu d'être patron de quelques apprentis
Il sera simplement valet de comédie
Avec quelques copains commence l'aventure
Et tant pis si les planches des tréteaux sont durs
On a le ventre vide et on a le coeur plein
C'est toujours comme ça qu'on devient comédien
Il a choisi son nom de guerre
Molière

Mais ça peut coûter cher de faire des pirouettes
Ça mène quelques fois à la prison pour dettes
Il en sort il s'enfuit direction le midi
C'est la vie de tourner tragédies comédies
Un jour entre deux scènes il se met à écrire
Et voilà qu'on le joue ils se mettent à rire
Quand le rideau se lève un soir sur l'étourdi
Le public est heureux le public applaudi
Et ils le saluent jusqu'à terre
Molière

C'est alors que monsieur frère du roi s'en mêle
Et revoilà Paris comme la vie est belle
Alceste et Harpagon Scapin et ses amis
Ont la faveur des grands et l'amour des petits
Si du côté jardin on respire la gloire
On a du côté cour les peines et les déboires
Car il y a Tartuffe Armande est trop jolie
Cette mauvaise toux qui réveille la nuit
Et ce malade imaginaire
Molière

Un soir de février on a mis en cachette
En terre non bénie la pauvre marionnette
Mais Alceste est monté vers les cintres étoilés
Où d'être comédien on est la liberté
Ce fauteuil d'immortel que notre Académie
Lui avait refusé pour cause de génie
Cela fait trois cents ans qu'au théâtre français
On le garde pourtant mais depuis lors jamais
Personne ne posa son derrière
Molière
Sur ton fauteuil tricentenaire
Molière