Pot-pourri Au Canada
Mireille Mathieu

Quand le cafard tourne en rond dans ta tête,
Viens dans ma ville, viens dans ma rue,
Quand les amis, les amours font la tête,
Viens dans ma ville, viens dans rue.
Y a du ciel bleu qui t'attend dans ma rue,
Un bouquet de soleil par-dessus
Et ça donne un air de fête tous les jours dans ma rue.
Danse avec moi puisque c'est toi que j'aime
Viens dans ma ville, viens dans ma rue
Et je suis sûre qu'en dansant tu verras
Que cette fille qui t'aime c'est bien moi!

Que l'on touche à la liberté
Et Paris se met en colère
Et Paris commence à gronder
Et le lendemain, c'est la guerre:
Paris se réveille et il ouvre ses prisons;
Paris est en fête
Et Paris pleure de joie!

Quand tu t'en iras,
Puisque tu dois partir un jour
Et je le sais depuis toujours,
Quand tu t'en iras,
Ne cherche pas
A me serrer entre tes bras.
Non, ne me dis rien:
Je m'y attends depuis longtemps,
Ne t'en fais pas:
Tout ira bien.
Mais en t'en allant,
Regarde-moi
Et souris-moi
Tout simplement!
Le monde continuera,
La Terre ne s'arrêtera pas,
Quand tu t'en iras,
Ni toi, ni moi n'allons pleurer pour ça!
Quand tu t'en iras,
Comme ces grands oiseaux frileux
Qui vont au loin chercher le bleu.
Le monde continuera,
La Terre ne s'arrêtera pas,
Quand tu t'en iras,
Ni toi, ni moi n'allons mourir pour ça!

Comme nos voix ba da ba da,
Da ba da ba da,
Nos coeurs y croient ba da ba da,
Da ba da ba da,
Encore une fois ba da ba da,
Da ba da ba da,
Comme une chance, comme un espoir.
Comme nos voix ba da ba da,
Da ba da ba da,
Nos coeurs y croient ba da ba da,
Da ba da ba da,
Encore une fois ba da ba da,
Da ba da ba da,
Tout recommence: la vie repart.
Combien de joies, bien des drames!
Et voilà, c'est une longue histoire:
Un homme, une femme,
Ont forgé la trame du hasard.
Comme nos voix ba da ba da,
Da ba da ba da,
Nos coeurs en joie ba da ba da,
Da ba da ba da,
Ont fait le choix ba da ba da,
Da ba da ba da,
D'une romance qui passait là
Chance qui passait là,
Chance, pour toi et moi ba da ba da,
Da ba da ba da,
Toi et moi ba da ba da,
Da ba da ba da,
Toi et moi ba da ba da,
Da ba da ba da,
Toi et moi ba da ba da,
Da ba da ba da,
Toi et moi!

Le bal allait bientôt se terminer,
Devais-je m'en aller ou bien rester?
L'orchestre allait jouer le tout dernier morceau,
Quand je t'ai vu passer près de moi.
C'était la dernière valse,
Mon coeur n'était plus sans amour,
Ensemble, cette valse, nous l'avons dansée pour toujours.
Ainsi va la vie,
Tout est bien fini:
Il me reste une valse et mes larmes.
La, la, la, la, la, la, la, la, la,
La, la, la, la, la, la, la, la, la.
C'était la dernière valse,
Mon coeur restait seul sans amour,
Et pourtant cette valse aurait pu durer pour toujours.
La, la, la, la, la, la, la, la, la.

Je vois que s'ouvrent les portes
De la petite chapelle.
Maintenant, voici qu'ils sortent,
Éblouis de soleil.
Qu'elle est belle, qu'elle est belle,
Mais je dois les oublier,
Quand j'aurai vraiment trouvé l'amour,
On dira de moi un jour:
"Qu'elle est belle!"

En quelques mots,
Tu as tout brisé,
Effacé mes rêves, trop beaux
Pour être vrais.
Aujourd'hui,
C'est fini,
Car dans ta vie, il y a déjà
Un autre amour plus fort que moi.
Mais moi, je ne suis rien sans toi.
Mais moi, j'ai tant besoin de toi:
Ma vie, je la gardais pour toi,
Pourtant, je ne suis rien sans toi,
Sans toi!

Oui, je crois,
Qu'on peut bâtir un monde avec des mots d'amour,
Oui, je crois,
Que nous ferons ce monde à nous chaque jour,
Oui, je crois,
Qu'il nous faudra mêler nos larmes et nos joies,
Mais je crois,
Que j'aimerais la vie si je vis avec toi.
Aussi vrai qu'avec un peu d'amour, on fait tourner la Terre,
Aussi vrai que tes yeux sont ma seule lumière,
Aussi vrai que ma vie tient au fil de nos joies,
Oui, je crois,
Que mes jours n'attendaient qu'un mot d'amour de toi,
Je crois,
Que tout l'amour du monde est là quand tu es là,
Je crois,
A chaque vérité qui me viendra de toi,
Oui, je crois!