L'ile de Groix
Servat Gilles

De quelle source lui vient son nomEst-ce de fée ou de sorcièreOu de quelque noir enferComme la boue de ses sillonsOn dit que l'on y voit sa joieOn dit que l'on y voit sa croixJe parle de l'île de GroixMalheur à celui qui débarqueIl n'aimera pas ses hiversIl trouvera ses quais désertsCar le flot, seul, mène les barquesMais essayez de foutre le campElle vous aura aux sentimentsComme femme retient l'amantL'hiver la tient emprisonnéePour mieux l'accoucher au printempsPremier soleil sur les buissonsIl n'y aura plus de geléeL'eau de ses ports est froide encoreMais fleurissent les boutons d'orEt le goéland a pris l'essorSi à travers mes yeux mi-closIl me plaît à revoir juilletJe sens l'odeur du goudron fraisQu'on passe aux quilles des bateauxL'amante des sournois ruisseauxLutte avec l'eau d'un des sureauxDe la vapeur tremble sur l'eauLes vieux parlent du temps passéA Loc-Maria et Port-TudySi vous n'comprenez pas, tant pisMoitié français, breton moitiéOn dit que l'on y voit sa joieOn dit que l'on y voit sa croixJe parle de l'île de Groix