Dupont
Tachan Henri

C'est pas parc'que tu as trois ouQuatre générations en toutBien empilées dans ta valise,Bien tatouées sous ta chemise,C'est parc'qu' tu t'appelles DupontQu' t'en as plus dans le pantalon...Moi, j'en connais des Arturo,Des Isaac, des hidalgos,Des petits français de gouttière,Des gentils gaulois de barrièreQui te valent, pauvre franchouillot !C'est bien parc' que j' m'app'lais TachdjianQue cet enfoiré d'enseignantM'a fait rerépéter mon nomEn travers, en large et en long,J'avais onze ans, c'était la nuit,J'y repense encore aujourd'hui...Je le jure sur toutes vos races,Je vous jure que c'est dégueulasse,Je souhaite à cet instituteurQue sa fille perde sa candeurAvec le nègre d'en face !Si tu savais comm' je s'rais bien,En plus d'être un peu arménien,Si j'étais égal'ment arabeJuif-all'mand avec une barbe,Enfin bref, un de ces métèquesQui te piquent ta femme et ton steack...Dors tranquille, mon.pauvre Dupont,Sur tes deux oreilles, sur ton nom,Personne ne songe vraimentA t'arracher les ongles et les dentsA part ton vieil ami Durand !A part ton vieil ami Durand !A part ton vieil ami Durand !