Le "cul
Tachan Henri

Le "Cul"
C'est naturellement beau,
C'est l'renard sur le corbeau
Et pas seul'ment pour l'camembert,
Le "Cul",
C'est purement animal
Et c'est ça qui nous fait mal,
Nous, les professeurs d'bonn'es manières
Le "Cul",
Pas toutouche: c'est caca,
Laisse-tes mains sur les draps!
Récite-moi donc ta prière!
Le "Cul",
C'est aussi fort que la Faim
Quand l'bas-ventr'e sonn'e le tocsin
Dans les centres pénitentiaires...

Le "Cul",
C'est in-ter-na-tio-nal,
C'est l'espéranto total,
C'est le volapük sans frontières,
Le "Cul",
C'est cet aller-et-retour,
En moins d'une heure, ce p'tit tour
Dans le lit d'un'e belle étrangère,
Le "Cul",
Ambassadeur sans costar,
Diplomate sans falzar,
C'est la paix chaude, la tendre guerre,
Le "Cul",
C'est Popaul et Virginie,
Arthur, Tosca et Nini,
C'est la vraie musique populaire...

Le "Cul",
C'est chacun selon sa peau:
Un'e p'tite gât'rie dans l'métro,
Aux heur'es de pointe, y en a qui aiment,
Le "Cul",
C'est ce monsieur comme-il-faut,
Qui ouvre son grand manteau
Pour faire respirer ses problèmes,
Le "Cul",
C'est un p'tit air de pipeau,
Un coup d'guitare en solo
Ou l'orchestre symphoniqu'e de Vienne,
Le "Cul",
Accorde donc tes violons:
Tout est permis, tout est bon,
Y a rien de sale, y a rien d'obscène...

Le "Cul",
C'est la truffe sous la cendre,
C'est le foie gras de décembre,
C'est le filet de b?uf en croûte,
Le "Cul",
C'est un Ducru-Beaucaillou
Qu'on hume et qu'on taste à genoux,
C'est le millésime pour la route,
Le "Cul",
C'est comm'e l'arc-en-ciel, l'aurore,
Les migrations vers le Nord
Et le retour des oies sauvages,
Le "Cul",
C'est, dérobés à la Mort,
Ces "je t'aime" qu'on pousse fort
A des inconnues de passage.